Poète assis, après avoir beaucoup marché, regardant le monde fatras transversal du  grand passé à l’avenir diffus, face à une terre qui s’éparpille couvrant le masque sculpté, entre les fentes qui sont les rides, rien n’est dit ou tout
  Vêtu d’une question , je marche . Haute est la nuit , et sans parole
Est ce d’une pensée , d’une fréquentation aux abords des matins, soir ou nuit d’un suspens quotidien , d’une question qui revient en boucle, l’image d’un homme en haute mer regardé de la grève :  les degrés du regard
16602447_10210103130193871_1850070407606394156_o

s’obstine à porter sur le papier tous les mots qui creusent. Le réel se dépose sur les jours. Un geyser de force enserre le fil impavide de la musique. Tu te prépares à l’envol comme quand il allait à la becquée du mont Fuji.

Tuguhisa Okawa
Tuguhisa Okawa

Groseilles et serpents

 

Lire un roman d’Andrus Kivirähk c’est entrer dans un monde fantastique nourri de la culture populaire médiévale digne d’un tableau de Jérôme Bosch. À la fois hilarant et cruel, farce moyenâgeuse et chronique fantastique, Les Groseilles de novembre est considéré en Estonie comme le meilleur roman d’Andrus Kivirähk. Bienvenue au monde des kratts ! Que sont les kratts , on ne sait pas exactement, entre la créature fantastique et le robot médiéval, ce sont des créatures fabriquées de bric et de broc par les humains puis dotées d’une âme par le Diable. ils volent, dérobent et font le jeu d’une population sans foi ni loi ne songeant qu’à duper le voisin, s’enrichir ou faire les quatre cent coups. Ces hommes et femmes d’un autre temps, mais n’est-ce pas nous sous le vernis, rivalisent de roublardise et font glorieusement étalage des vices, allant jusqu’à berner le diable. Entre fabliaux, saga et conte des temps anciens, l’univers d’Andrus Kivirähk est à découvrir comme un grand mythe européen et nordique. Son autre roman : «  » , demeure indépassable et l’on vous conseille de courir à la bibliothèque vous en emparer car ce livre agit comme une antidote à la platitude de la grande partie des romans d’aujourd’hui. Ici rien de tel pourvus qu’ l’on ose le hors piste et l’aller simple vers l’Estonie est un voyage sans retour.

Andrus Kivirähk est un écrivain estonien né en 1970 à Tallinn. Phénomène littéraire dans son pays, journaliste et essayiste, son œuvre importante suscite l’enthousiasme d’un très large public qui raffole de ses histoires. Il écrit des romans et des nouvelles, des pièces de théâtres, des textes et des scénarios de films d’animation pour enfants.

Pour aller plus loin :

Sur l’auteur , [la fiche de Babelio](http://www.babelio.com/auteur/Andrus-Kivirhk/248548″Andrus Kivirähk ») Sur les groseilles de novembre, [la page du Tripode](https://le-tripode.net/livre/andrus-kivirahk/les-groseilles-de-novembre »Les groseilles de novembre ») Sur la langue des serpents [un article du monde](http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/02/14/le-dernier-sifflement_1832309_3260.html »L’Homme qui savait la langue des serpents »)

RêvHäiti

 

RêvHäiti, recueil de poésie aussi proche de la musique que de la vidéo par les raccourcis qu’il opère, est typique de l’œuvre de cet écrivain majeur de la Barbade qu’est Kamau Brathwaite. Encore une fois, les éditions « mémoire d’encrier » nous permettent d’accéder à un monde littéraire peu fréquenté : le quotidien palpitant de vie, les tragédies, les sons et les images d’Haïti.

Kamau Brathwaite, écrivain de langue anglaise, ouvre pour nous une langue puissante, riche et vivace, surprenante par son rendu musical et plastique qu’il rend sensible par les effets typographiques, foisonnants comme les habitants de l’île. La poésie se laisse traverser par le parler de cette île dont elle devient l’icône. Un patchwork narratif que l’on imagine bariolé et sucré, mais loin des clichés, entrecroisé des destinées fières et tourmentées, héritières de la misère et de la pauvreté, de l’histoire née de l’esclavage, de la révolte, de l’histoire postcoloniale de la Caraïbe. Le poète à la joie et la faconde, nous le rend palpable par son verbe et nous livre une création artistique exigeante où les mots font l’amour et que la traduction, défi incroyable, rend possible. Lire ce recueil, c’est accepter de se laisser surprendre par un verbe qui nous emmène directement à l’être humain, capté dans sa diversité éclairante.

kamaubrathwaite_newbioimage

Edward Kamau Brathwaite est né le 11 mai 1930 à Brigetown, à la Barbade. Il est considéré comme l’une des voix majeures de la littérature caribéenne. Brathwaite a été professeur de littérature comparée à l’Université de New York et a reçu de nombreuses distinctions, dont celles-ci: Griffin Poetry Prize 2006 pour son recueil Born to Slow Horses, le Prix Casa de las Americas, le Prix Neustadt, le Prix Bussa, etc. Utilisant la langue vernaculaire aussi bien que les innovations linguistiques et typographiques, Brathwaite écrit une poésie qui tisse adroitement le fil des thématiques postcoloniales, historiques et personnelles qui lui sont chères.

Pour aller plus loin Quelques mots de l’éditeur sur le poète ici Sur le site des éditions « Mémoire d’encrier »

Illska

 

« Illska, le Mal » de l’auteur islandais Eiríkur Örn NORÐDAHL publié aux éditions Métailié est un livre qui frappe fort. Dans cette période sombre de la seconde guerre mondiale et de la montée du nazisme, l’amour d’une femme pour des hommes dans le tumulte de l’Histoire qui entraîne dans la tourmente.

Le pitch : Événement dans l’histoire mondiale : Agnes et Omar se rencontrent par un dimanche matin glacial dans la queue des taxis au centre-ville de Reykjavik. Agnès rencontre aussi Ornar, un néonazi cultivé, pour sa thèse sur l’extrême droite contemporaine. Trois ans, un enfant et une crise de jalousie plus tard, Omar brûle entièrement leur maison et quitte le pays. L’histoire commence en réalité bien avant, au cours de l’été 1941, quand les Einsatzgruppen aidés par la population locale, massacrent tous les Juifs de la petite ville lituanienne de Jurbarkas. Deux arrière-grands-pères d’Agnès sont pris dans la tourmente – l’un d’eux tue l’autre – et, trois générations plus tard, Agnès est toujours obsédée par le sujet.

L’Europe du nord et notre époque contemporaine en proie au nazisme . Autour de l’intrigue centrale les récits s’entremêlent, fascinant mélange de ce qui est réellement le même sujet , qui se répète, qui tourne en boucle et s’enracine dans le quotidien le plus ordinaire, le plus angoissant, car nous y reconnaissons notre quotidien, faisant de cette histoire notre histoire. Un livre atypique souvent drôle qui nous parle des aspects sombres de notre époque et dont la lecture est urgente car il nous parle de ce qui nous ronge.

Treme

2005, l’ouragan Katrina vide la nouvelle Orléans de ses habitants et laisse un champ de ruines derrière elle. Trois mois après, les premiers à revenir sont les cuisiniers et les musiciens car la Nouvelle Orléans est connue depuis toujours pour sa musique, le jazz et bien sûr sa cuisine : ce sont ces personnages que nous allons suivre. Par ces musiciens, ce sont des pans entiers de la culture créole que nous découvrons, fanfares des quartiers, musiciens de jazz se couchant au petit matin et cette tribu étrange des indiens Mardi gras aux costumes étincelants. Et bien sûr, toujours la musique et la vitalité revigorante qui s’en échappe.

Tel est bien le propos, la création et la vitalité  font de la Nouvelle Orléans un endroit à part, un endroit unique célébrant la vie, la joie et l’humanité, laissant derrière elle la corruption et la criminalité.

David Simon, écrivain, journaliste et producteur est l’auteur de cette série magique. Mais bien avant celle-ci, il s’était intéressé aux ghettos de Baltimore d’où était sorti la série emblématique « Sur écoute » (the wire) dont l’ambition était d’être à la croisée du roman, de la sociologie et du reportage. Pour ce faire il s’était entouré d’écrivains dont Georges Pelecanos, un « grand » du polar américain. Pour « Treme » il récidive en se mettant passionnément du coté lumineux de la force pour célébrer la vie et la création.

Kuessipan innue

 Kuessipan de Naomi Fontaine, publié aux éditions du serpent à plume propose une immersion dans les communautés innu du Québec, est avant tout un voyage poétique d’une grande finesse dans le quotidien et la pauvreté.

La jeune écrivain innu nous raconte les mille et unes vies de ce peuple oublié. Un peuple qui a gardé de son passé la faculté de s’émerveiller et de compter des histoires même dans le sordide et la dureté de la vie contemporaine sur la réserve. Vie détruite, espoir et résistance sont prétexte à poésie et l’on voit des gens ordinaires aux prises avec l’alcool, le sexe, la violence, le monde si concret d’aujourd’hui.

Mais que la prose de ces  textes courts est belle! La vie de ces ghetto ressemble à un gros diamant noir dans le calme abandonné de la baie.

L’auteur : Publié initialement aux éditions Mémoires d’encrier au Canada, Naomi Fontaine Écrivaine, enseigne également le Français au secondaire dans la communauté innue de Uashat où elle est née. Son premier livre de récits Kuessipan (Mémoire d’encrier, 2011) lui a valu une mention pour le Prix des Cinq continents. Elle a participé à la «caravane francophone» en Haïti en 2013.

Les éditions mémoire d’encrier : Fondée en mars 2003 à Montréal par l’écrivain Rodney Saint-Éloi, Mémoire d’encrier est une maison d’édition résolument indépendante qui publie des œuvres de fiction : roman, récit, nouvelle ; de la poésie, des essais, des chroniques, de la littérature jeunesse… Le mandat éditorial est dans l’aménagement de passerelles entre les imaginaires du Nord et du Sud. L’idée de base nourrissant le travail d’édition est le dialogue des cultures dans une perspective de solidarité et d’acceptation de l’autre. Le catalogue, avec plus d’une centaine de titres, reflète une grande diversité avec un corpus d’auteurs et de textes canadiens, québécois, amérindiens, caribéens, africains, européens. Ceci pour refuser l’exclusion et pour redéfinir un vivre-ensemble. voir le site et la page sur alliance

Pour aller plus loin :

voir la critique sur babelio
Retrouver Naomi Fontaine sur France Culture et wukali

Là il n’y a plus de paraphrase ni de métaphore, le monde est poétique comme les croutons de terre adhèrent aux chaussures. La terre, le ciel et les vivants voyagent par les paupières, le pouls de la phrase dans la page de l’homme qui marche, surtout celui de l’enfant  qui s’embarque.

De ces rivages vides il m’est surtout resté l’abondance du ciel

Je lis ces premières phrases et je me dis que la métaphore gène l’air de l’homme qui respire, le bosquet qui le déchire et la vue qui voit au loin, l’homme porte avec lui le ciel et va au devant de son histoire sans que cela ne soit mental, découpe une purée de lentille

Couv_ancetre